blog de François Coupry

Vilaines penséesActualités, fables, paradoxes et confidences

Vilaines Pensées 204 : Éloge des anges gardiens

V

On sait que les femmes et les hommes qui ont un rôle public, possèdent un coach personnel qui les conseille nuit et jour. Un communicant, dit-on aujourd’hui. Un ange gardien, disait-on autrefois. Cet être de l’ombre, parfois démoniaque, prépare leurs propos, leurs bons mots, les habille, les coiffe, répète avec eux leurs mimiques, peaufine leurs sourires et va jusqu’à leur imposer des maîtresses, des amants. Ainsi sont-ils exempts de tout souci, libérés des vicissitudes de l’improvisation, de la spontanéité. Chaque ange gardien est rétribué par les médias d’information continue, qui redoutent la fantaisie et surtout les calamités de l’inattendu. Toute personne, maintenant, dans notre société de la convivialité, étant publique, ces anges ne sont plus uniquement réservés aux députés, aux...

Vilaines Pensées 203 : Commerces des idées et des choses

V

Il faut se rendre à l’évidence : de moins en moins de gens aiment lire, de nos jours. Surtout parmi les ignares et les jeunes, mais pas seulement. En revanche, on écrit de plus en plus, notre siècle du Twitter et du SMS sera épistolaire. Il y a davantage d’auteurs que de lecteurs, ce qui signifie que l’on ne communique plus, que l’on crée pour soi-même à tire-larigot. J’ai déjà souligné l’alternative qui se propose en face d’une édition industrielle, formatée, exportatrice à tout vent, prisonnière de la rentabilité : le retour à un système habituel au dix-huitième siècle, le libraire-éditeur qui vise un public limité, une distribution courte, des adresses choisies, des exportations ciblées, une destination intellectuelle. Ce qui signifie que l’on ose cette terrible incorrection politique...

Vilaines Pensées 202 : Une leçon de dialectique éthique

V

Le bonheur, le plaisir immédiat. Aucune entrave à cette jouissance de détruire. Casser des vitrines en toute impunité. Ah ! briser des kiosques à journaux, allumer des feux avec toutes les barrières de bois qui traînent bêtement sur les avenues, incendier des boutiques, enfumer des immeubles, et nous nous fichons bien de savoir s’ils sont riches ou pauvres, vandaliser des banques ou des magasins de chaussures. Agir dans la toute-puissance des mouvements, courir à droite, à gauche, se donner, se dépenser, oui, quel bonheur ! Narguer l’ordre et les forces de l’ordre prisonnières de leurs lourdes protections, de leurs pesants impératifs, de leur peur des morts, quand, nous, nous sommes la mort en marche, la terreur en hurlements de fauves de savane, manoeuvrer tels les guerriers de l’espace...

Vilaines Pensées 201 : Les vertiges de la génétique

V

John F. Norman, à Baltimore, mâle officiellement reconnu comme tel, accoucha. C’est aujourd’hui considéré comme banal, normal. Mais, en ce monde de la communication, beaucoup de citoyens humains ignoreront jusqu’en 2029 que certains porteurs de pénis pouvaient également posséder un utérus, et ce qu’il faut en leur ventre pour créer un bébé : les traditions, la paresse des idées toutes faites, et les sympathiques revendications féministes prônant leur identité, leur originalité, retardèrent longtemps la divulgation de cette révolutionnaire réalité. Donc, John F. Norman accoucha, et nul docteur averti n’y remarqua une quelconque étrangeté. Toutefois, l’extraordinaire d’un phénomène jusqu’ici inconnu secoua le monde scientifique : il accoucha de sa propre mère ! Ce qui bouscula davantage les...

blog de François Coupry

Archives

Articles récents

Commentaires récents

Catégories